Akaroa, petit bout de France au bout du monde

Ou plus exactement, Akaroa est une petite ville qui a failli être française ! Située dans la péninsule de Banks, à moins d’une centaine de kilomètres de Christchurch sur l’île du Sud de la Nouvelle Zélande, elle bénéficie d’une situation privilégiée et d’une vue splendide.

IMG_5431

Route de la péninsule de Banks

Pour la petite histoire, le capitaine d’un baleinier français, Jean Langlois, avait découvert la péninsule de Banks où se trouve Akaroa, et l’avait acheté à un chef Maori en 1838 . Il est retourné ensuite en France chercher des colons pour s’y installer : mais quand il est revenu, de nombreux mois après, en 1840 à bord du Comte de Paris avec une soixantaine de colons, la Nouvelle Zélande était passée sous la souveraineté britannique, et l’Union Jack flottait déjà sur Akaroa ! Après s’être disputé la possession des terres pendant un certains temps, Langlois a du revendre ses terres à la New Zealand Company. Mais quelques Français sont tout de même restés et s’y sont établis. C’est pourquoi aujourd’hui, la ville conserve quelques traces de ces colons originaires de Nantes et Bordeaux, dans les enseignes, noms de rues, ou plaques commémoratives.

Écriteaux en français ! Drôle d’impression après 2 semaines chez les kiwis

On accède donc à ce petit bout de terre qui a failli être français, à un mauvais timing près, par une route sinueuse qui monte dans la péninsule. Sur la carte, la péninsule de Banks fait un cercle : c’est la trace de son passé bien plus lointain, volcanique celui-ci.

Akaroa est située à son extrémité, au bord du Pacifique, et on peut l’apercevoir ici depuis la route au loin, sous un arc-en-ciel.

Arrivés à Akaroa, on se promène d’abord en bord de mer.

On poursuit la promenade en admirant la baie et ses couleurs hivernales superbes.

 

On termine notre visite par une petite route (qui croyons nous devait emmener au phare, que nous n’arriverons pas à atteindre). Nous bénéficions alors d’une très belle vue en hauteur sur la baie.

IMG_3106

En plein hiver, Akaroa était déserte. Presque à la fin de notre voyage, voir des panneaux et des noms de rues en français faisait plaisir. Quelle dommage de se dire que l’île du Sud, à un meilleur timing près, aurait peut être pu être française !

IMG_3103-001

Avec sa baie particulièrement photogénique, c’est un endroit qui mérite le détour, et certainement d’y revenir l’été pour profiter des activités nautiques (balade en mer à la rencontre des dauphins, ou nage avec eux !).

Publicités

13 réflexions sur “Akaroa, petit bout de France au bout du monde

    1. Oui je n’imagine même pas, rentrer en France à l’époque en bateau, convaincre du monde de s’installer à l’autre bout du monde, retraverser toute la terre…Et s’être fait piquer la priorité à quelques mois près, le pauvre ! Surtout que cette péninsule est absolument splendide 🙂
      Merci pour tes compliments !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s